Actualités

Concertation sur le plan de rénovation énergétique des bâtiments

29 / 01 / 2018

Contribution de Coénove à la réflexion

 

Fin novembre, le Gouvernement a présenté son plan de rénovation énergétique des bâtiments. Au-delà des fortes ambitions qu’il convient de souligner, y sont déclinées de nombreuses actions concrètes pour faire avancer cette problématique.

Afin d’associer l’ensemble des acteurs partie prenante, une concertation a été mise en place jusqu’à fin janvier afin de recueillir les avis et propositions de ceux qui seront appelés à le mettre en œuvre.

Dans ce cadre, Coénove a réalisé une lecture attentive de cette proposition de plan et a souhaité, dans une logique constructive, faire part des remarques et suggestions ci-dessous.

 

Coénove a été particulièrement sensible à de nombreux points déclinés dans le plan et appelle à ce que les axes ci-dessous dictent la rénovation énergétique de notre Pays, et ce, bien au-delà du quinquennat :

 

  • La réduction des consommations passant d’une part via des travaux de rénovation énergétique mais également par la recherche de la sobriété, de l’efficacité énergétique des équipements et les changements de comportements qui doivent être considérées comme partie intégrante des actions visant à l’efficacité énergétique des logements au même titre que la rénovation, qui intègre avant tout la notion de travaux. Pour rappel, le défi des familles à énergie positive mis en place dans de nombreuses communes amène à une baisse moyenne des consommations de 8% sans aucun travaux.

 

  • L’intégration de la rénovation énergétique dans une approche plus globale, qu’elle soit sociale en visant la précarité énergétique, patrimoniale en valorisant la valeur verte du logement ou tout simplement réaliste en admettant que la rénovation énergétique n’est pas une priorité pour les Français et qu’il faut donc les y emmener par des concepts plus attractifs comme le confort de leur logement.

 

  • L’objectif nous mettant sur la trajectoire d’un parc à minima BBC rénové en 2050, son inscription en tant que tel en préambule du plan puis sa déclinaison en filigrane dans l’ensemble du plan.

 

  • Adresser toutes les cibles. S’il est nécessaire de traiter le cas des passoires thermiques et de la précarité énergétique parce qu’il recouvre des réalités sociales au-delà des seuls aspects énergétiques, cette priorisation ne doit pas se traduire par l’exclusion des autres cibles et doit tenir compte des spécificités du parc privé.

 

  • Avoir une approche ciblée par bâtiments, par public, par situation (mutation, naissance…) dans la mesure où chacune recouvre des réalités différentes et nécessite donc une approche spécifique mais représente autant d’opportunités d’aller vers plus d’efficacité énergétique.

 

  • L’identification précise et sans contestation possible de la situation initiale du logement. Que l’on parle de DPE, d’audit énergétique, de diagnostic avant travaux… l’important n’est in fine pas tant l’appellation que la méthode et la fiabilité des mesures. Cette situation au temps zéro du parcours de rénovation est la base et doit faire l’objet de réflexions ad hoc pour établir une méthode simple, partagée et reconnue par tous.

 

  • Le pragmatisme consistant à avancer par étape, en favorisant le phasage des travaux, en se mettant dans la trajectoire du BBC réno. L’exemple même est la volonté de sortir les passoires énergétiques des classes F et G sans pour autant vouloir les emmener, dans un premier temps, aux plus hauts standards disponibles.

 

  • La recherche des gestes les plus efficaces. Il convient de commencer, pour les ménages, par entreprendre les gestes baissant significativement leur consommation et donc leur facture, afin de dégager du pouvoir d’achat pour financer l’investissement nécessaire à la réalisation d’autres travaux, notamment ceux plus couteux relatifs au bâti.  

 

  • L’accès facilité au financement. Qu’il s’agisse de la transformation du CITE en prime, du déploiement du tiers-financement ou encore d’une réflexion de fond visant à développer avec le secteur bancaire un prêt dédié à la rénovation énergétique, la clé de la réussite de la rénovation tient dans l’accès au financement dont il faut élargir l’offre.

 

  • La lisibilité apportée par une marque unique de la rénovation. La constitution d’une bannière ombrelle intégrant tant les matériaux, que les acteurs engagés, ou encore les aides financières sous une appellation commune permettant d’informer et de rassurer sur la réalité d’arriver à un bénéfice tangible est une nécessité.

 

S’il s’agit là d’une philosophie générale, l’association ne manquera pas de communiquer autour des déclinaisons et actions concrètes qu’elle a envisagé pour que la massification de la rénovation énergétique devienne une réalité.

 

Pour consulter le plan de rénovation énergétique des bâtiments porté par les Ministères de la Transition Ecologique et Solidaire et de la Cohésion des Territoires, cliquez ici.