études

Etude : compétitivité des solutions de rénovation énergétique

21 / 01 / 2016

L’association Coénove publie une étude sur le coût des solutions disponibles aujourd’hui pour les propriétaires qui souhaitent moderniser leur système de chauffage et d’eau chaude sanitaire. Quinze solutions ont été évaluées, d’une part en coût d’investissement la première année, d’autre part en coût global annualisé sur 15 ans.

 

Les résultats montrent que l’énergie gaz et la chaudière à haute performance (chaudière à condensation dont le rendement est supérieur à 90%) représentent la solution la plus compétitive, de l’ordre de 1500 € par an en coût global sur 15 ans. Pour le développement des énergies renouvelables, la solution la plus économique pour l’usager est le couplage d’une chaudière à haute performance et d’un chauffe-eau solaire thermique (1 800 €/an en coût global annualisé).

 

 

15 solutions de rénovation disponibles pour atteindre les objectifs d’efficacité énergétique dans le parc de logements existants.

Quinze solutions mixant différents équipements ont été étudiées par Coénove, sur la base d’une maison individuelle de 100 m2 construite avant 1975. Elles ont été évaluées avec et sans changement des radiateurs, cette dernière opération étant optionnelle dans une rénovation.

 

 

 

L’énergie gaz apparait comme la plus compétitive et la chaudière gaz haute performance est la solution qui présente l’optimum économique en coût global. Dans la perspective de contribuer au développement des énergies renouvelables (ENR), le meilleur couplage en coût global est l’association chaudière à haute performance – solaire thermique, suivi de la chaudière hybride et de la Pompe à Chaleur Air/Eau basse température (intégrant toutefois un changement partiel des radiateurs). Les principales solutions présentent un coût d’exploitation du même ordre de grandeur, excepté celui de la solution « convecteurs électriques + chauffe-eau thermodynamique » qui est deux fois plus important.

 

Rappelons que selon une étude Coénove publiée en juin dernier, qui confirmait un avis de l’Ademe du 1er décembre 2014, la modernisation du système de chauffage, couplée à l’isolation des combles, constitue la meilleure alternative technique (nombre de tonnes de CO2 évitées) et économique (coût de la tonne de CO2 évitée) pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du parc résidentiel. Dans ce cadre, une trajectoire fondée sur le recours à la technologie haute performance (pour 40 % du parc) aboutit à une économie de 17 à 18 millions de tonnes de CO2 en 2030, soit 80 % de l’objectif à atteindre. Cette option s’appuie sur une technologie simple et sans rupture, immédiatement disponible, sans surcoût pour la collectivité et abordable pour le consommateur.

 

Téléchargez l'étude complète ci-dessous :