observatoire

L'ENTRETIEN COENOVE : Benoît Montels, pilote de l'Expérience P2E

Mardi, Février 20, 2018

 

La rénovation énergétique des bâtiments fait partie des sujets regardés avec intérêt par le Gouvernement. Vous animez l’Expérience P2E, Passeport de l’Efficacité Energétique, qui rentre pleinement dans ce thème de la rénovation. Pouvez-vous nous en rappeler les fondements et le principe ?

 

« Le Passeport Efficacité Energétique (P2E) a été initié par The Shift Project en 2014, à l'issue d’un groupe de travail sur l’Efficacité Energétique des bâtiments ayant rendu publique une étude faisant état de plusieurs propositions pour massifier la rénovation, parmi lesquelles l’idée de renforcer le DPE. »

 

« Afin de prouver le bien fondé de cette démarche, il a été décidé d’expérimenter le P2E en partenariat avec les territoires, en créant une structure ad’hoc dédiée. C’est ainsi qu’est née l’association Expérience P2E au mois de mai 2016, fondée par The Shift Project, Cercle Promodul - INEF4, EDF, Schneider Electric, et Saint-Gobain Habitat, rapidement rejoints par Effinergie, Promotelec, association Qualitel (membres du collège Partenaires) et par l’ALEC d’Angers Loire Métropole et la région Grand-Est (membres du collège des Territoires). Expérience P2E est présidée à titre personnel par Frank Hovorka, et pilotée par Guillaume Piaton et moi-même. »

 

« La démarche du P2E consiste à identifier le potentiel d’amélioration du logement en s’appuyant sur un expert en rénovation (architecte, bureau d’études, entreprises, conseiller énergie) qui réalise une visite in situ. A partir des besoins du propriétaires, de l’état des lots, et de leur vétusté, l’expert (également appelé passeporteurs) s’appuie sur des combinatoires de performance énergétique grâce à une plateforme web, qui, une fois l’ensemble des informations saisies, génère une feuille de route de travaux transmise au propriétaire. Que le projet de rénovation soit envisagé en une fois ou en plusieurs étapes, le P2E garantit un projet de rénovation BBC et SNBC compatible à l’horizon 2050, et un suivi du parcours d’amélioration du bien dans le temps. »

 

Un premier évènement de restitution de votre démarche s’est tenu débat février. Quelles conclusions peuvent être tirées à ce stade de l’appétence des particuliers mais aussi des professionnels à aller vers une démarche de passeport ?

 

« Une première phase de tests terrain a été menée auprès d’une 100aine de propriétaires et d’une 30aine de passeporteurs répartis sur l’ensemble du territoire national. En s’appuyant sur des focus group et des questionnaires en ligne, construits avec le soutien de Gaëtan Brisepierre (sociologue de l’énergie), nous avons interrogé les propriétaires et les passeporteurs sur la valeur ajoutée du P2E. Il en ressort que le P2E est un gain de temps pour les passeporteurs et permet de renforcer le projet de rénovation des particuliers en embarquant la performance énergétique. En outre, la présence d’un expert chez le propriétaire est sans conteste la valeur ajoutée du P2E, ce qui nous fait dire que le P2E est avant tout une démarche visant à donner envie et confiance aux propriétaires. »

 

Le financement des travaux apparaît souvent comme un frein dans le passage à l’acte. Partagez-vous ce retour ?

 

« En proposant un parcours d’amélioration du logement par étape, l’expérimentation du P2E permet de décomposer par la même les coûts des travaux en plusieurs fois, rendant plus abordables les projets de rénovation BBC et SNBC compatibles. En outre, la démarche P2E rationalise le coût d’accompagnement des propriétaires : grâce à son approche simplifiée, un passeport est estimé à 400 € TTC par les passeporteurs, dont 100 € pourraient être pris en charge par les propriétaires ; le complément devant faire l’objet d’une prise en charge par différentes aides nationales et locales. En comparaison avec le coût des audits pouvant dépasser les 800 €, le P2E est un premier pas vers le déclenchement des travaux à coût maitrisé. »

 

Le plan de rénovation est en cours de concertation et le projet de Loi Logement (ELAN) va prochainement arriver au Parlement. Vous avez vraisemblablement des attentes fortes vis-à-vis de ces textes ?

 

« L’objectif d’Expérience P2E étant de partager les résultats de l’expérimentation avec la filière, et de proposer des pistes favorisant le déploiement du P2E dans les territoires notamment, toutes les opportunités allant dans ce sens sont étudiées de (très) près. A travers les recommandations du rapport Piron - Faucheux sur le SPPEH, le plan rénovation énergétique des bâtiments, notamment l’action n°9 visant à introduire un passeport rénovation en complément du DPE sur les logements les moins performants, mais aussi certains objectifs programmatiques de la loi TECV comme l’article 11 sur le carnet numérique de suivi d’entretien du logements, ou encore l’article 188 sur le PREE visant à arrêter les modulations régionales du cahier des charges du « passeport énergétique » sont autant d’occasions d’embarquer la démarche du P2E, et par la même la performance énergétique à un niveau BBC et SNBC compatible à l’horizon 2050.