La filière gaz : une économie sobre en énergie et en ressources

Des technologies gaz innovantes au service de la sobriété énergétique : l’énergie la moins polluante est celle que l’on ne consomme pas.

Depuis de nombreuses années déjà, la filière gaz met régulièrement sur le marché des innovations technologiques au service de la sobriété énergétique et de la protection de l’environnement.

Ainsi, par exemple, la chaudière gaz à condensation permet de réaliser des économies de l’ordre de 25%, réduisant de fait les émissions de gaz à effet de serre de l’habitat. L’énergie gaz facilite aussi le développement des énergies renouvelables. C’est le cas, par exemple, du couplage avec les panneaux solaires pour produire l’eau chaude sanitaire ou de l’électricité, ainsi que la chaudière dite « hybride » qui combine deux technologies, une chaudière gaz à condensation et une pompe à chaleur électrique de petite puissance, chacune utilisée dans des conditions optimales de performance.

 

Exemple - la chaudière hybride :

Schéma du fonctionnement d’une chaudière hybride

Source GrDF

 

La chaudière hybride possède les caractéristiques de la chaudière à condensation tout en intégrant une pompe à chaleur électrique de faible puissance. Grâce à un système de régulation intelligent, la chaudière hybride adopte le mode de chauffage optimal (condensation et/ou pompe à chaleur) en fonction des conditions météorologiques et de l’usage souhaité : chauffage ou eau chaude sanitaire. Elle permet jusqu’à 15 % d’économies d’énergie par rapport à l’usage exclusif d’une chaudière à condensation ou d’une pompe à chaleur tout en permettant de passer d’une énergie à une autre.

 

 

 

Faciliter la pénétration des matériels innovants dans le résidentiel et le tertiaire

Concernant les chaudières individuelles gaz à condensation, les ventes ont fortement progressé en France pour atteindre en 2014 55% des ventes totales de chaudières individuelles gaz. Cette progression est notamment portée par la construction de logements neufs et la généralisation des réglementations thermiques ambitieuses telles que la RT 2012 ou le label Batiment Bas Carbone (BBCA). D’importantes économies d’énergie ont ainsi pu être réalisées et ont permis une baisse significative des émissions de COdans le secteur du bâtiment.

 

Source : Uniclima

 

Toutefois, sur ce type d’équipement, la France reste en retard par rapport à la moyenne européenne pour qui, 76% des chaudières individuelles gaz vendues sont à condensation, avec des chiffres impressionnants chez nos proches voisins, atteignant près de 99% aux Pays Bas et au Royaume-Uni, 80% en Belgique  et près de 79% en Allemagne. 

 

Ce retard s’explique notamment par l’important parc de chaudières individuelles gaz installées dans les logements existants (environ 7,1 millions d’appareils), encore composé à 80% de chaudières « Standard » ou « Basse température » et dont le renouvellement annuel vers des technologies condensation n’est que de 37%.

 

Renouveler plus rapidement le parc d’équipements existants par des technologies performantes constitue ainsi, un enjeu important pour la France, tant en matière d’économie d’énergie que de réduction des émissions de gaz à effet de serre (voir l'Etude Coénove : Quel scénario pour un parc de logements sobre en carbone ?).

A ce titre, la chaudière à condensation, technologie éprouvée et accessible économiquement, permettra de participer activement à l’atteinte de cet objectif moyennant le maintien de dispositifs d’accompagnement simples et incitatifs.

 

Répartition des ventes annuelles de chaudières et renouvellement dans le parc existant

Etat du parc en 2014

La filière gaz, vecteur de la croissance verte

La filière gaz participe pleinement à la croissance verte. Elle favorise l’émergence d’une économie à la fois sobre en énergie et riche en emplois qualifiés et non-délocalisables. Alors que l’énergie gaz représente moins de 17% du bilan énergétique de la France, la filière compte environ 165 000 emplois, soit près du tiers des emplois du secteur de l’énergie. Le développement du biogaz permettra de surcroit la création de 16 000 emplois permanents supplémentaires d’ici 2020 sur le territoire français. A plus long terme, jusqu’à 90 000 emplois directs et 100 000 emplois indirects pourraient être créés d’ici 2050 grâce à cette nouvelle filière.

 

 

Emplois de la filière gaz par secteur en France

Source : GDF Suez