observatoire

L’entretien Coénove : 3 questions à Nicolas Jerez, Bulane

Mercredi, Septembre 23, 2020

 

Comme vous aimez à le dire, Bulane représente l’alliance des électrons et de la combustion. Concrètement, quelle technologie développez-vous et pour quels usages ?

Dans le cadre de la décarbonation et de la lutte contre nos émissions de gaz à effet de serre, la combustion est l’élément majeur des usages responsables de ces émissions. Dans ce contexte, Bulane a constaté que si le coût brut des énergies fossiles était globalement stable, celui des énergies renouvelables diminuait. Ainsi, Bulane s’est saisi des opportunités en matière d’électrochimie pour concevoir et développer des électrolyseurs dédiés à la combustion, en se fondant sur un constat : dans les années qui viennent, les besoins d’hydrogène pour le chauffage des bâtiments seront massifs. Pour viser d’excellents rendements avoisinants les 90%, nous avons associé à notre électrolyseur un dispositif de cogénération pour exploiter la chaleur qui s’en dégage.

 

Votre technologie d’hybridation vise-t-elle uniquement les nouvelles chaudières ou est-elle également une opportunité de décarbonation pour le parc existant ?

Les deux ! Nous travaillons avec des équipementiers afin que notre technologie soit compatible en deuxième monte sur des brûleurs existants mais également qu’il soit possible de l’intégrer en première monte dans une nouvelle génération de chaudières hybrides. Nous croyons que la thermodynamique de la combustion et les électrons doivent se rencontrer, c’est l’approche power-to-heat, donc le parc de chaudières existant peut dialoguer avec le réseau électrique, dans les territoires, et valoriser une certaine quantité d’énergie perdue. Sur le neuf, nous ferons tout pour s’intégrer à la RE2020 ou s’y adapter, en soulignant les avantages de cette hybridation. Nous sommes complémentaires au power-to-gas puisque nous introduisons de l’hydrogène dans le brûleur mais notre intervention est moins massive en termes de volumes de gaz par unité d’électrolyse localement installée. Les économies d’échelle seront réalisées sur les millions d’électrolyseur que permettra cette approche, ainsi que le meilleur rendement obtenu localement grâce à la valorisation hydrogène/oxygène/chaleur.

 

Quelles sont vos perspectives dans un contexte où le plan de relance post-Covid fait de l’hydrogène un pilier de la stratégie ?

Notre projet a été labellisé en début d’année, la technologie existe, son adaptation devrait assez rapide (24 mois), mais restent bien entendu les questions d’intégration et de réglementation sur lesquelles nous ne sommes pas décisionnaires. Notre objectif consiste à proposer pour la chaudière un système plug & play et très peu coûteux, mais il faut pour cela le massifier. Bulane dispose de la compétence pour concevoir et industrialiser massivement cette technologie et obtenir ainsi un prix très faible, de l’ordre de 2 000 à 4 000 euros. Si nous parvenons à hybrider des millions de brûleurs en France, nous pourrons aider à l’émergence d’une filière industrielle massive des technologies hydrogène en France.