Marie Gracia

3 questions à Marie Gracia, nouvelle Directrice d’Effinergie

Publié le
Observatoire des solutions | Débat d’idées | 3 questions à Marie Gracia, nouvelle Directrice d’Effinergie

A l’occasion de sa prise de fonction en mars 2022, Marie Gracia, nouvelle Directrice d’Effinergie, a accepté de répondre aux questions de Coénove sur les grands enjeux du collectif Effinergie.

En tant que nouvelle Directrice d’Effinergie depuis mars 2022, comment présenteriez-vous Effinergie ?

Effinergie est une association reconnue d’intérêt général, créée il y a un peu plus de 15 ans afin de promouvoir et généraliser la construction et la rénovation à faibles impacts énergétique et environnemental. Pour construire une vision ambitieuse et partagée, nous agissons principalement à travers la création de labels préfigurateurs des réglementations, en mettant à disposition expertise et retours d’expériences à travers l’Observatoire BBC et en participant à des projets de recherche innovants. Cela nous permet ainsi de contribuer utilement aux évolutions réglementaires, tant au niveau national que sur les territoires.

Même si je connaissais bien Effinergie de par mes précédentes fonctions au Plan Bâtiment Durable, j’ai quand même été surprise par le niveau d’expertise de l’équipe, la richesse des projets menés et la diversité des adhérents et partenaires de l’association (collectivités, fédérations professionnelles, associations et entreprises) qui apportent énormément aux actions menées au quotidien.

Quels sont les enjeux majeurs d’Effinergie en termes de construction neuve et de rénovation ?

Accompagner le déploiement de la RE2020 et permettre à des acteurs de viser des niveaux plus ambitieux pour préparer l’avenir, c’est tout l’enjeu de notre Label post RE2020 et des travaux lancés au sein du Groupement d’Intérêt Ecologique.

Quant à la rénovation des bâtiments, elle représente un enjeu majeur. Notre ambition est claire : lever les freins et généraliser les rénovations BBC !

Effinergie travaille notamment sur deux axes afin de lever ces freins :

  • le BBC par étapes car nous sommes conscients qu’une rénovation BBC en une fois peut être compliquée, notamment pour certains ménages. Afin de pouvoir atteindre in fine le niveau BBC, il faut donc être capable de planifier les étapes dès le début, d’en avoir un nombre limité et de réaliser les travaux dans le bon ordre tout en gérant les interfaces entre ceux-ci. Nous avons construit avec nos partenaires une méthodologie (B2C2) que nous expérimentons actuellement sur les territoires pour ensuite pouvoir la traduire en termes de politique publique.
  • la rénovation BBC sur des bâtiments patrimoniaux avec le label expérimental « Effinergie Patrimoine ». Compte tenu du volume que représente ce parc, nous voulons démontrer qu’il est possible de faire de la rénovation performante tout en préservant le patrimoine.

Enfin, nous avons engagé des travaux avec l’Etat sur la mise en cohérence du label BBC rénovation avec la nouvelle méthode DPE et la définition de la rénovation performante inscrite dans la loi Climat Résilience. L’enjeu est d’avoir une meilleure lisibilité des dispositifs sans pour autant diminuer l’ambition pour les acteurs sur le terrain qui sont attachés à l’objectif BBC, objectif qui est, je le rappelle, inscrit dans la SNBC.

Comment voyez-vous la place des gaz renouvelables dans ces enjeux ?

Nous ne sommes pas prescripteurs de solutions et c’est bien pour cela que dans les travaux que nous menons, nous avons des exigences de résultats et non de moyens et ne priorisons ni les énergies, ni les matériaux, ni les systèmes.

De nombreux adhérents d’Effinergie, notamment les collectivités, portent les enjeux du biométhane.

Ce qu’Effinergie attend de ses adhérents, comme Coénove par exemple, c’est justement de contribuer à la qualification des potentiels des gaz renouvelables et de ce qu’il est possible d’allouer au bâtiment. La richesse et la diversité de nos adhérents et partenaires, qui ont parfois des intérêts divergents, créent l’émulation, ce qui permet d’avoir des vrais débats d’idées, de confronter des points de vue et trouver des points d’équilibre.

Mon sentiment, c’est que la crise énergétique actuelle, la volonté de relocaliser la production et de sortir de la dépendance des gaz fossiles vont peut-être requestionner certaines orientations et la nouvelle Stratégie Française pour l’Energie et le Climat, en cours de discussions, devrait nous apporter des réponses. Nous ne devons pas avoir de position dogmatique sur comment obtenir des bâtiments à haute performance, l’enjeu est de mettre les énergies à leur bonne place afin d’assurer la décarbonation du parc sans rien lâcher sur la baisse des consommations.

Vous pourriez être intéressé par :

  • Comment accélérer la rénovation énergétique des logements ?

  • Coénove passe au crible quelques idées reçues sur la place du gaz dans le système énergétique français.

  • Accélérer le développement de la PAC hybride, une solution méconnue pour décarboner le bâtiment.